Utiliser le transport multimodal pour réduire les émissions de CO2

written by IFCO SYSTEMS, 20th octobre 2020, in Histoires

Dans le cadre de nos efforts continus pour améliorer la durabilité ainsi que l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement, IFCO a expérimenté le transport ferroviaire des bacs plastique réutilisables IFCO vides vers l’Espagne. Ceci permet de réduire chaque semaine de plusieurs tonnes les émissions de CO2. Nous prévoyons de doubler nos expéditions ferroviaires et d’en faire autant avec nos économies de CO2.

Que représente une tonne de CO2 ?

C’est une quantité qu’il est difficile d’appréhender ou de visualiser pour la plupart d’entre nous. Cette quantité de dioxyde de carbone pourrait remplir l’équivalent de 204 000 ballons de baudruche, ou bien une immense bulle de dix mètres de diamètre presque aussi haute qu’un immeuble de deux étages. La réduction des émissions de CO2 est l’une des raisons pour lesquelles IFCO teste depuis 2018 un service ferroviaire hebdomadaire pour l’acheminement des bacs plastique réutilisables vides de l’Allemagne vers l’Espagne. Fort de cette expérimentation, nous sommes à présent en mesure d’affirmer qu’envoyer les bacs plastique réutilisables IFCO en Espagne par voie ferroviaire réduit les émissions de CO2 de 1 012 kilos par expédition. Cette année, nous prévoyons de doubler les trajets sur le réseau ferroviaire dans le cadre de notre stratégie de transport multimodal, afin de multiplier par deux ces économies de CO2.

Le transport multimodal combine à la fois la route et le rail, et le tout est organisé par une seule entreprise de logistique. Voici en quoi cela consiste : Chaque semaine, les expéditions (chargements complets de bacs plastique réutilisables IFCO) sont transportées par la route de la région de la Hesse, en Allemagne, au Luxembourg. Une fois à destination, les conteneurs sont retirés des camions, chargés sur un train et transportés sur plus de 1 000 kilomètres jusqu’à Valence, en Espagne, où ils continuent leur chemin par la route pour arriver aux centres de distribution et aux détaillants.

Évaluer le transport multimodal vers l’Espagne

« Chaque année, nous procédons à environ 15 000 expéditions de bacs plastique réutilisables d’Allemagne vers l’Espagne, » déclare Anastasios Papadopoulos, Responsable de la gestion des actifs IFCO en Europe. « Nous avons commencé à tester la méthode multimodale dans l’optique de déterminer si les délais de livraison par le rail jusqu’à Valence (environ 72 heures) étaient similaires au transport par la route uniquement, » explique-t-il. « Et effectivement, le transport multimodal a démontré son efficacité. Presque tout s’est déroulé selon nos prévisions et nous avons livré dans les temps toutes nos expéditions tests. »

Les raisons de l’expérimentation du transport multimodal

Le train consomme moins de carburant par tonne-kilomètre que les véhicules routiers, c’est pourquoi expédier des marchandises par le rail constitue une alternative plus écologique. M. Papadopoulos cite trois objectifs principaux des expérimentations d’IFCO en matière de transport multimodal :

1) Réduire les émissions de CO2.

2) Garantir une utilisation optimale de la capacité de chargement des camions.

3) Éliminer les contraintes liées au temps de conduite auxquelles sont soumis les chauffeurs routiers.

De manière générale, ajoute-t-il, alors que les préoccupations en matière d’écologie poussent souvent les entreprises à tester des processus plus respectueux de l’environnement, leur adoption pourrait de surcroît aider à mieux maîtriser les coûts logistiques.

Ne pas perdre de temps et collecter des données empiriques

À mesure que le débat sur le climat devient de plus en plus animé, chacun d’entre nous prend conscience qu’il devra contribuer à réduire ses émissions de CO2. Dans le secteur de la logistique, les opérateurs pourraient bientôt recevoir des amendes s’ils utilisent du gasoil ou s’ils émettent de grandes quantités de CO2. D’autre part, l’augmentation de la taxe carbone se traduit par des coûts de carburant plus élevés pour les transporteurs.

M. Papadopoulos est convaincu que les coûts de carburant plus élevés ou les amendes pousseront les entreprises de logistique à se tourner progressivement vers le rail au détriment de la route. « C’est la raison pour laquelle nous souhaitions ne pas perdre de temps, afin de mieux comprendre les incidences qu’impliquerait le recours au transport multimodal. À présent nous savons comment cela affecte nos opérations et nous disposons déjà de données empiriques sur lesquelles nous appuyer pour affiner nos analyses. Nous nous concentrons en priorité sur la partie de l’activité dont nous sommes responsables en livrant des bacs plastique réutilisables IFCO aux producteurs et en gérant les retours vers nos centres de services. Cependant, nous pensons qu’il est de notre responsabilité d’utiliser et de recommander les méthodes de logistique les plus durables. »

Réduire le nombre de camions et de chauffeurs nécessaires

En ce qui concerne les aspects commerciaux, comme la capacité des camions, IFCO a parfois été confrontée à des situations où les véhicules allant du Nord vers le Sud venaient à manquer, explique M. Papadopoulos, car les chauffeurs des entreprises de logistique n’avaient pas de chargements à transporter au retour. Le transport multimodal envoie uniquement le conteneur du camion par train, apportant ainsi une solution partielle à cette situation, car chaque train permet de retirer de la circulation entre 40 et 50 camions. De cette manière, le transport ferroviaire offre aussi une alternative aux temps de conduite strictement réglementés en Europe. « En chargeant les conteneurs des camions sur un train, nous parcourons la majeure partie du trajet sans chauffeur, » explique-t-il.

D’autres facteurs commerciaux rendent eux-aussi le transport ferroviaire attractif. Les entreprises de logistique estiment que les horaires sont plus fiables, car le transport des cargaisons est moins affecté par la congestion routière ou les intempéries. Le transport ferroviaire permet de voyager sans péage et avec moins d’accidents, ce qui signifie que les chauffeurs et les marchandises sont moins exposés aux risques. D’une manière générale, les produits subissent moins de dommages par rapport au transport de marchandises sur de mauvaises routes.

Augmenter la rentabilité

L’envoi efficace et fiable des bacs plastique réutilisables IFCO en Espagne permet de bénéficier de délais de remplissage et d’exécution rapides, ce qui se traduit par des expéditions de produits frais plus économiques. L’Espagne exporte environ 10 % du total du commerce mondial des produits frais, soit l’équivalent de 13 millions de tonnes de fruits et légumes frais par an. Plus de 90 % des exportations espagnoles de produits frais (y compris les agrumes, le raisin, les tomates et les concombres) sont distribués dans toute l’Europe. Cela exige d’envoyer un très grand nombre de bacs plastique réutilisables IFCO en Espagne. « Nous avons choisi le trajet Allemagne-Valence car il s’agissait d’un axe stratégique car le plus fréquenté, » déclare M. Papadopoulos.

En ce qui concerne la capacité de chargement, les bacs plastique réutilisables IFCO compacts ont un profil extrêmement plat de seulement 28 mm une fois repliés. Ces dimensions réduites permettent d’empiler plus de bacs sur les palettes, ce qui augmente la rentabilité ainsi que les économies de ressources environnementales ; une rentabilité et des économies d’autant plus grandes grâce au transport ferroviaire.

Étendre le transport multimodal à d’autres itinéraires

En quelques mots, emprunter le réseau ferroviaire pour faire parcourir aux bacs plastique réutilisables IFCO une partie du trajet offre des avantages, à la fois pour l’environnement et l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement. Pour mettre en place ce service, IFCO a fait appel à l’expérience de l’entreprise de logistique internationale GEODIS. « Nous sommes fiers d’aider IFCO à atteindre son ambitieux objectif de réduction des émissions de CO2, » déclare Stefan Koedel, Directeur des transports et de la logistique Allemagne chez GEODIS.

À présent que nos travaux exploratoires et la période de test sont terminés, IFCO compte étendre le service. « Le plus important était de faire le premier pas et d’initier la démarche, » ajoute M. Papadopoulos. « Car désormais nous pouvons vérifier et quantifier les véritables bénéfices. » À l’avenir, IFCO partagera son expérience et fera tout pour étendre le service à l’ensemble de nos fournisseurs. En 2020, nous ajouterons au moins un trajet ferroviaire, ce qui doublera la réduction des émissions de CO2. En continuant à développer le transport multimodal dans les années à venir, nous cherchons à transporter une part importante des bacs plastique réutilisables IFCO par le rail.

« L’un des aspects vraiment positifs du recours au transport multimodal est que nos clients ne font pas la différence si les bacs plastique réutilisables IFCO arrivent par la route, le rail ou un combiné des deux, » assure M. Papadopoulos. « Ils n’ont pas besoin de changer leur façon de travailler et il n’y a pas de retard ni de formulaire supplémentaire à remplir. Leur empreinte écologique se réduit simplement avec la nôtre, sans travail supplémentaire de leur part. »

Ces articles seront également intéressants pour vous

Les processus de lavage IFCO basés sur une approche scientifique gara...

en savoir plus

Extending the shelf life of your produce? Get our white paper now!

en savoir plus